Les semis intérieurs

Il sera bientôt le temps de partir mes semis d’oignon, j’en profite pour faire une petite chronique sur les semis.

Les semis!
Les semis!

Les centres de jardins offrent de beaux plants de plus en plus variés de légumes.  Pour un débutant, acheter des plants est une bonne idée.  J’ai travaillé en serre et j’ai toujours été réticente à partir mes semis. Comment  recréer l’abondance de lumière d’une serre et le contrôle de température entre le jour et la nuit qui permet d’avoir des plants compacts?  J’ai une grande fenêtre Sud-Ouest et une couche froide, je me lance dans les semis cette année!  Ce sera gratifiant de pouvoir choisir exactement la variété de légume que j’aurai dans le jardin et de faire le processus de A à Z.

Les deux défis des semis intérieurs sont la fonte des semis et l’étiolement des plants.

LA FONTE DES SEMIS

La fonte des semis est la mort des mini-plantules par pourriture de la tige (collet brun sur la tige).  Elle est causée par plusieurs champignons (Phytium qui prolifère en milieu humide et  Rhizoctonia qui aime le temps sec).  Les spores de champignons peuvent causer des ravages.  La fonte des semis en champ est favorisée par  des conditions froides et humides.  À la maison, un terreau trop humide est souvent la cause de la fonte des semis.

Pour éviter de perdre ses semis on utilise un terreau de plantation stérile.  Ouvrez un sac neuf pour être certain de ne pas partir avec un terreau contaminé. Nettoyez votre matériel de plantation (contenants, couvercles) avec de l’eau de javel (une partie d’eau de javel pour 9 parties d’eau) avant l’utilisation.  Humidifiez bien votre terreau et tassez-le légèrement dans vos contenants à semis.  On plante les graines à la profondeur recommandée sur le sachet, 3 graines par cellules.  Refermez bien vos sacs de graines après leur utilisation, rangez-les dans un pot Masson ou une boîte en métal.

Après la plantation des graines, on couvre les contenants d’un plastique pour éviter que les spores n’atteignent le sol.  De plus, ceci augmente la température par effet de serre et permet de garder le terreau humide.  Évitez de les exposer à la lumière directe, avec le couvercle plastique la température pourrait devenir trop chaude.  Faites germer vos graines dans un environnement chaud (21-25 °C), les graines germeront plus vite et les plantules grandiront plus rapidement.   Pour garder le terreau humide, utilisez de l’eau tempérée (Phytium aime le froid) et arrosez avec un vaporisateur, ce qui imite les brumisateurs utilisés en serre. Avec le couvercle plastique le terreau ne devrait pas sécher en profondeur. Si c’est le cas, arrosez par capillarité (par en dessous, vider la soucoupe après 15 minutes pour ne pas laisser d’eau stagnante) pour ne pas déranger les graines. Retirez le couvercle des semis lorsque  les plants ont émergés pour réduire le taux d’humidité. C’est à ce moment qu’on met les semis sur le bord de la fenêtre.    Au stade de 4 feuilles les plantules sont moins susceptibles à la fonte des semis.  On peut garder le plant le plus fort et couper les deux autres à la base (pour ne pas déranger les racines de notre plant favori). Il est important d’éclaircir les semis le plus rapidement possible, la proximité des plants favorise l’humidité et empêche la lumière de bien se rendre au plant. Ne pas trop arroser les semis, la surface du terreau doit être sèche avant d’arroser de nouveau.

L’ÉTIOLEMENT DES PLANTS

Les végétaux ont besoin de beaucoup de lumière, si la lumière n’est pas suffisante, il y a étiolement, un allongement des tiges pour que les feuilles aillent chercher la lumière.  Ceci rend les plants fragiles. Une fenêtre à grande ouverture sud ou sud-ouest est nécessaire pour apporter une lumière directe le plus longtemps possible.  La photopériode n’est tout simplement pas suffisante en mars et début avril (10-12 heures, les semis ont besoin de 14-16 heures de lumière).  Plusieurs jardiniers se construisent des étagères avec lampes (type fluorescent d’atelier) pour éclairer les semis.  Pour mes semis de mars, j’ai installée deux lampes d’atelier de 48 pouces, 3 tubes cool white et 1 tube warm white de 40W, le tout coûte environ 50$.

Éclairage d'appoint
Éclairage d’appoint

Si on utilise également la lumière des fenêtres comme moi il faut partir les semis le plus tard possible.  Des plants plus petits mais compacts reprendront mieux au jardin.  Il faut aussi tourner les plants d’un quart de tour au 2-3 jours pour qu’ils restent bien droits.  Avec une mini serre extérieure (établie recouverte de plastique transparent ou polythène de serre) ou une couche froide, il est possible de transférer les légumes à l’extérieur au mois de mai.  Ceci facilite la gestion de l’espace et augmente grandement l’apport de lumière.  Il faut laisser une ouverture pour réduire la température lors des journées chaudes.  On ferme l’ouverture à la tombée du jour. La couche froide refroidira tranquillement durant la nuit.  On rentre les plants la nuit si la nuit est trop froide (sous 6 °C).

À Sherbrooke la date du dernier gel est autour du 25 mai.  On plante en général une semaine après la date du dernier gel, donc le 1e juin. C’est avec cette date que j’ai fait mon calendrier des Semis Intérieurs.

Si vous voulez voir les dates du dernier gel pour votre région visitez ce site http://www.agrometeo.org/atlas/category/M0/therm/false

Légume Semis intérieur Germination Transplantation
Oignon (graines) 15 mars 4-6 jours 1e mai
Céleri-rave 15 mars 10-22 jours 3 juin
Poivron 1e avril 6-8 jours 3 juin
Tomate 15 avril 6-8 jours 3 juin
Aubergine 1e avril 7 jours 10-15 juin
Brocoli d’étéd’automne 1e avril25 avril 2-4 jours 15 mai sous tunnel1e juin
Chou chinois nappa 15 avril 2-4 jours 15 mai sous tunnel
Chou fleur 1e avril 2-4 jours 15 mai sous tunnel
Concombre 1e mai 3-4 jours 7 juin
Basilic 25 avril 6-10 jours 10-15 juin
Courge d’été 15 mai 6-10 jours 7 juin

FAIRE SES SEMIS INTÉRIEURS : RÉSUMÉ

Je vais utiliser des plateaux multi-cellules de 6 cm pour faire mes semis.  On doit bien humidifier le terreau de plantation et le tasser légèrement dans les cellules.  On plante 2-3 graines par cellule, à une profondeur de deux fois la circonférence des graines.  On ferme bien les sacs de graines et on les range dans un pot Masson.  On couvre les semis d’un plastique pour augmenter la température et garder le terreau humide.  La lumière n’est pas nécessaire pour la germination.  Une fois les graines germées on retire le couvercle. Dès l’émergence des plants on place les plateaux sur le bord de la fenêtre.  Si l’aération de la pièce n’est pas optimale, on peut utiliser un ventilateur à faible intensité, ceci permettra aussi de renforcir les plants.  On garde le terreau humide et on attend que le dessus de la terre sèche avant d’arroser.  Au stade des vraies feuilles (après les cotylédons, les deux petites feuilles de la germination) on garde le plant le plus fort et on coupe les deux autres à la base.

Je vais mettre un plateau de semis de tomate sous mes fluorescents et un à ma fenêtre pour voir la différence de vigueur des plants.

Je vais probablement devoir repiquer mes plants de tomates et poivrons dans des pots de yogourt percé (1L) avant de les mettre sous ma couche froide.

2 réflexions au sujet de « Les semis intérieurs »

  1. Bonjour Mélanie,
    pour prévenir la fonte des semis j’utilise la décoction de prêle. Je fais bouillir 20 gr de prêle sèche dans 1 litre d’eau, je laisse macérer 1 nuit, je filtre et je vaporise mon sol avant le semis. En prévention je dilué à 1 prêle pour 2 eau et je vaporise mes plants 1 fois semaine. Traitement de choc lors d’une attaque , pur jusqu’à ce que le sol soit imbibé.

    20 grammes de partie verte

    1. Merci pour l’information Martine.
      La prêle peut être utile! 🙂
      Heureusement ce n’est pas une mauvaise herbe de mon jardin. J’en ramasserai chez toi cette saison!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.